Je suis arrivée en Norvège en juin 2015.  Comme pour chaque voyage, je ne me suis pas renseignée sur le pays avant d’y venir, sauf pour les obligations et les commodités de base. Je voulais rester neutre, ne pas arriver pleine d’à priori ou d’idées préconçues ; je voulais me faire ma propre opinion. J’ai été servie ! Voici mes premières constations, après deux semaines passées à vivre en Norvège.

Je ne pensais pas ressentir un tel choc culturel à seulement 2’000 kilomètres de chez moi, sur le même contient et avec un peuple que je pensais très ressemblant au mien.

 

Les premiers points qui m’ont marquée :

 

La distance entre les gens :

Je pensais les Suisses coincés et fermés d’esprit, mais alors là… Pas un sourire, pas un bonjour spontané, pas même à la caissière avant qu’elle emballe nos courses. Ce qui me semblait être du manque de politesse était en fait un surplus de politesse : on ne veut pas déranger l’autre en le saluant. C’est vraiment déroutant.

Le manque d’avancement :

La Norvège est en retard !

Dès que l’on sort un peu des villes les arrêts de bus sont en général un abri en béton, sans banc et surtout sans horaires ! « Tu verras bien » qu’ils disent. Et quand il y en a, c’est rarement avec moins de 10 minutes de retard, vivre en Norvège c’est être très organisé.

Les magasins en Norvège…Allez dans des centres commerciaux, c’est mythique ! En entrant on à l’impression d’entrer chez des gens où au mieux dans un immeuble. Et quand on y est, aucune musique d’ambiance, peu d’éclairage, aucune déco, les quelques affiches de pubs sont à mourir de rire tant la qualité laisse à désirer. Le plus chic de leur supermarché ressemblerait à un Lidl chez nous. Aucun vendeur dans le magasin et il manque de tout, on trouve des hameçons à côté de la salade, c’est à en devenir fou.

La nourriture :

Pour moi qui adore manger, la Norvège est criminelle. Le plat national est poisson-patate, et ils se sont tous passé le mot ! Certainement qu’il doit y avoir quelques bons restaurants en Norvège, mais ils doivent bien se cacher… Vous n’irez pas vivre en Norvège  pour la gastronomie.

 

vivre en norvège

Le Brunost norvégien (fromage brun)

Vivre en Norvège c’est manger du Brunost. Impossible d’y échapper ; il est partout. Dans chaque ménage, à n’importe quel moment de la journée vous le verrez… J’en ai vu à toutes les sauces, tous les jours, j’en cauchemarde encore…….

On le met sur du pain, dans un sandwich, sur des gaufres avec de la confiture ou même dans des sauces. Du formage brun, crémeux, sucré, caramélise. On adore ou en déteste, vous le saurez tout de suite.

 

Les lois :

Il y a une loi complètement folle sur l’alcool : aucun alcool de plus de 4% ne sera vendu au supermarché. Il faudra se rendre dans un magasin spécialisé avant 18h, faire la queue pendant des heures et surtout ne pas arriver une minute en retard. On ne vend aucun alcool nul part le dimanche. Autre chose à savoir ; le Norvégien boit beaucoup !

Le coût de la vie :

Les prix sont affolants ! Il parait que la Suisse est chère, mais là… Oubliez jusqu’à l’existence des restaurant ! Le plus mauvais burger coûtera dans les 25 CHF, (Holycow me manque). Une bière coûte dans les 4 CHF en magasin, peut être 15 dans un bar, un paquet de cigarettes 12 CHF. Dans les campagnes beaucoup de personnes fabriquent leur propre alcool, du cidre généralement, et une fois bourrés, ils sortent dans les bars sans consommer, il serait inabordable de passer une soirée dans un bar. Les salaires sont similaire aux nôtres, mais le coût de la vie et les taxes sont vraiment excessifs, les étudiants s’en sortent difficilement. Certains étudiants ne font que pêcher pour se nourrir.

Vivre en Norvège :

Aujourd’hui, j’en parle avec amusement et je suis tombée amoureuse de ce drôle de pays, mais j’ai dû passer par plusieurs étapes avant ça :

Les premiers jours tout est beau, l’air est plus pur, on adore manger du poisson, on s’extasie devant les fjords et leur langue nous fait rire, on essaye d’en apprendre quelques mots. On s’amuse à mettre mal à l’aise les Norvégiens en leur faisant la bise, on apprend leurs chansons préférées, on est curieux de tout et tout est formidable.

Après quelques jours/semaines arrive le choc culturel, tout ce qui nous plaisait nous insupporte soudainement. Les différences culturelles se font sentir dans chaque geste quotidien, le vrai fromage nous manque, « C’est quoi cette idée de manger que des patates et du poisson tous les jours de sa putin de vie », la distance et l’individualisme constant, « ça les tueraient de sourire un peu ». Nos amis nous manquent, on tuerait pour trouver un compatriote (même un suisse-allemand). On meurt de froid, on s’ennuie à mourir, on est plus qu’irritables et tellement déçus. Et puis on stéréotype les gens, on les critique, les ridiculisent, on est épuisés,  triste et on compare tout à la Suisse. On décrète notre culture comme un idéal.

Après quelques semaines/mois, on s’y fait. On développe des stratégies de survie, on s’habitue, on relativise et on s’adapte à la culture locale. On se surprend même à penser comme les locaux : on se sent oppressé quand notre interlocuteur est à moins d’un mètre de distance quand il communique avec nous, on serre la main uniquement, on ne rigole pas trop fort, on ne dit plus bonjour dans les commerces… On découvre les pensées du peuple, les croyances, la philosophie…

Et finalement vient le moment où l’on s’intègre, la récompense de ces semaines de détresse. On découvre le ressenti des locaux : à quoi ils rêvent, leurs valeurs, leur identité. On apprend à apprécier tous ces petits détails qui nous semblaient incohérents, on accepte et on apprécie que nos cultures soient différentes. Et puis on se rend compte à quel point les gens peuvent être accueillants quand on prend le temps de les connaitre. On se fait même des amis, et quand on est amis ici, c’est pour la vie !

 

Finalement, on regrette d’avoir fait des conclusions hâtives, on comprend la logique de leur comportement et on finit par les aimer ces petits rustres ! Un seul conseil : les premiers jours… Accrochez-vous ! Affaire à suivre !

Vivre en Norvège ou y voyager : accrochez-vous !

Parlons voyage |

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge